Chirurgie digestive et viscérale

Les opérations

Chirurgie de l’estomac et de l’oesophage

tumeur-oesophage-estomac

Chirurgie du foie et du pancréas

La chirurgie du foie et du pancréas est effectuée essentiellement pour l’ablation d’une tumeur. Il s’agit essentiellement de métastases pour le foie et de tumeur primitive pour le pancréas (adénocarcinome pancréatique, tumeur neuro-endocrine). Il s’agit d’interventions  importantes, nécessitant une ouverture de l’abdomen (laparotomie), même si la cœlioscopie occupe une place de plus en plus importante.

chirurgie-foie-pancreas

 

Chirurgie de la vésicule biliaire

Elle consiste en l’ablation chirurgicale de la vésicule biliaire. La cause principale est la  présence de calculs vésiculaires (lithiase). La chirurgie se déroule dans la majorité des cas (97%) par cœlioscopie à l’aide de 4 orifices de moins de 1 cm, très souvent lors d’un séjour en ambulatoire. L’arrêt de travail est habituellement de 10 à 15 jours.

PDFPour en savoir plus

chirurgie-vesicule

Chirurgie du côlon

chirurgie-colonLe colon est un viscère long de 2 mètres environ, suspendu « en cadre » dans l’abdomen. Le rectum lui fait suite jusqu’à l’anus. On peut enlever tout ou partie du colon et/ou du rectum. En fonction des circonstances, on peut ou non rétablir la continuité digestive. Lorsque la continuité n’est pas rétablie, on abouche le colon à la peau. Cela s’appelle une stomie. On peut ainsi enlever :

  • Le colon droit (Colectomie droite)
  • Le colon gauche (Colectomie gauche)
  • La totalité du colon (Colectomie totale)

La Colectomie droite : Anesthésie générale. Cette opération peut se faire soit par laparotomie (« à ciel ouvert »), soit par cœlioscopie (4à 5 petits orifices). Dans la grande majorité des cas on rétablit la continuité (Il n’y a pas de stomie). 8 à 10 J d’hospitalisation. Donne parfois un peu de diarrhée nécessitant un régime transitoire. Les complications essentielles (dans 3 à 5% des cas) sont les fistules quand il y a une fuite sur la suture digestive et les hémorragies.

La Colectomie gauche : Anesthésie générale. Cette opération peut se faire soit par laparotomie (« à ciel ouvert »), soit le plus souvent par cœlioscopie (4 à 5 petits orifices). On rétablit le plus souvent la continuité digestive. Sinon on réalise une stomie(le colon est mis à la peau) qui  est le plus souvent temporaire (quelques semaines), mais qui peut être, heureusement rarement, définitive. Les complications essentielles (dans 3 à 5% des cas) sont les fistules quand il y a une fuite sur la suture digestive et les hémorragies.

La Colectomie Totale : Anesthésie générale. Cette opération se fait  le plus souvent par laparotomie (« à ciel ouvert »). On rétablit le plus souvent la continuité digestive, parfois protégée par une stomie temporaire.  Les complications essentielles (dans 3 à 5% des cas) sont les fistules quand il y a une fuite sur la suture digestive et les hémorragies. Cette opération entraîne au début de la diarrhée qui est contrôlée par un régime strict et certains médicaments. Petit à petit, le transit intestinal se ralentit et on arrive en moyenne à 2 selles par jour.

PDFPour en savoir plus

chirurgie-hernies

Chirurgie du rectum

Anesthésie générale.
Cette opération peut se faire soit par laparotomie (« à ciel ouvert »), soit par cœlioscopie ( 4 à 5 petits orifices). On enlève tout ou partie du rectum. Plus la suture pour le rétablissement de la continuité digestive est  située près de l’anus, et plus on est obligé de faire une stomie de protection, le temps que la cicatrisation se fasse  car le risque de fistule (fuite sur la suture digestive) augmente.

On est parfois obligé d’enlever aussi l’anus lorsque la tumeur est située trop bas, trop proche de l’anus. On réalise alors une stomie définitive.

PDFPour en savoir plus

chirurgie-rectum

Chirurgie des hémorroïdes et des infections de l’anus

Le traitement chirurgical des Hémorroïdes est différend si l’on a des hémorroïdes externes ou des hémorroïdes internes. Il se fait le plus souvent sous anesthésie générale.

En cas d’Hémorroïdes externes :
Le traitement chirurgical consiste à enlever les paquets hémorroïdaires (en général 3 paquets). On est obligé de laisser la plaie opératoire ouverte pour éviter les surinfections. Cette technique (dite de Milligan et Morgan) nécessite en post opératoire, des soins 2 fois par jour faits par le patient lui-même. Elle est longue à cicatriser (6 à 8 semaines). Les douleurs sont bien contrôlées par l’association de calmants et d’anti inflammatoires. Elle nécessite une hospitalisation de 3 à 4 jours car on attend en général la reprise du transit avant la sortie. L’arrêt de travail est en général de 15j à 3 semaines.

En cas d’hémorroïdes internes (les plus fréquentes) :
Celles-ci sont souvent associées à une extériorisation à la poussée qu’on appelle un prolapsus. Le traitement chirurgical associe le traitement des hémorroïdes internes et du prolapsus. Il consiste à aller faire un agrafage et une section circulaire au pôle supérieur des hémorroïdes internes, c’est-à-dire à l’intérieur du rectum (Technique de Longo). Il n’y a donc pas de plaie car tout est à l’intérieur. Cette opération est peu douloureuse, nécessite une hospitalisation de 24 à 48h et un arrêt de travail de 10 jours.

chirurgie-hemorroides

Chirurgie des hernies et éventrations

Une hernie est l’issue, à travers la paroi abdominale d’une partie du contenu abdominal.

Elle se manifeste généralement par une tuméfaction molle, majorée par la position debout et les efforts, notamment à la toux.  Une fois constituée, la hernie augmente progressivement de volume et devient gênante. La réparation d’une hernie se fait, chez l’adulte, avec  un voile de tissu synthétique, au cours d’une intervention chirurgicale souvent réalisable dans la journée, en ambulatoire. Les améliorations techniques visent à réduire les récidives et les douleurs chroniques. L’étranglement herniaire (la hernie devient irréductible et très douloureuse), rare mais grave, impose une opération de toute urgence.

chirurgie-hernies

Chirurgie de l’obésité

Pose de chambre implantable

pose-chambrePour effectuer un traitement de chimiothérapie par voie veineuse, il est nécessaire de mettre en place une chambre implantable (appelée aussi Port à Cath ou PAC). Ce dispositif est placé sous la clavicule avec un cathéter  qui sera relié au système veineux central. L’intervention à lieu en ambulatoire, sous anesthésie locale complétée d’une neurolept-analgésie et dure environ 30 minutes. Il est utilisable de suite et n’est retiré que plusieurs mois voire un an après la fin du traitement.