Maladies et symptômes

Oesophage

Reflux gastro-oesophagien

rgoLe reflux gastro oesophagien est une pathologie digestive fréquente.

Les principaux symptômes du RGO sont :

  • symptômes typiques : pyrosis, défini par une brûlure rétrosternale ascendante, et les régurgitations acides.
  • symptômes atypiques : symptômes dyspeptiques (douleurs gastriques, nausées, éructations) ou manifestations extradigestives (laryngite postérieure, toux chronique, asthme, douleurs thoraciques ressemblant à un infarctus du myocarde).

Une fibroscopie oesogastroduodénale devient indispensable en cas de :

  • persistance ou de récidive de la symptomatologie
  • un âge supérieur à 50 ans
  • présence de signes de gravité (accrochage alimentaire au cours des repas, amaigrissement, anémie)

La fibroscopie a pour objectif :

  • d’affirmer le diagnostic
  • d’éliminer certains diagnostics différentiels et notamment une pathologie ulcéreuse gastroduodénale, une tumeur oesophagienne, une tumeur gastrique
  • et permet ainsi de guider le traitement

PDFPour en savoir plus

Troubles moteurs de l’oesophage

Il s’agit d’anomalies des contractions de l’œsophage au passage des aliments qui se manifestent le plus souvent par des épisodes de blocages alimentaires. Les 2 formes les plus fréquentes sont « l’ achalasie » et les « spasmes diffus » Pour faire le diagnostic, on réalise une fibroscopie oeso-gastro-duodénale, une manométrie oesophagienne (qui mesure les contractions de l’œsophage et confirme le diagnostic), et le plus souvent un scanner et/ou un TOGD. Le traitement peut reposer soit sur des médicaments soit sur une dilatation de l’œsophage au cours d’une fibroscopie.

Tbl-moteur-oeso_manometrie

Tumeurs de l’oesophage

rgoLes tumeurs œsophagiennes peuvent être bénignes ou malignes.

L’étude ce ces tumeurs se fait par écho-endoscopie digestive.

Les tumeurs bénignes peuvent se développer dans l’épaisseur de la paroi de l’œsophage, à partir de différents composants (léiomyome, schwanome). Elles peuvent également correspondre à des kystes (kyste bronchogénique). On décide d’intervenir en fonction de leur taille, de la gène qu’elles occasionnent ou lorsqu’il existe une incertitude sur un  cancer. Dans les autres cas, une simple surveillance est préconisée.

Les tumeurs malignes correspondent à des cancers dont la gravité dépend de leur nature (adénocarcinome, carcinome épidermoïde ou GIST). Le traitement est décidé en RCP de cancérologie et adapté à chaque patient, en fonction de la nature de la lésion, de l’extension de la lésion et des possibilités de chirurgie de l’oesophage.